Newsletter n°17

L'expérience vécue quotidiennement sur le terrain nous amène au constat d'un fort déficit des PME françaises en matière de contrôle de gestion.

Ce déficit est particulièrement critique pour les  PME en croissance qui, lorsqu'elles arrivent à une taille de 70/80 personnes, doivent faire face à une complexification croissante.

Lorsqu'elles arrivent à cette taille, typiquement, les entreprises ont besoin de structurer leur pilotage et de renforcer leurs ressources en contrôle de gestion,  faute de quoi elles risquent de disparaître.

Or les PME représentent un potentiel vital pour le développement de l'économie française et il est essentiel de les structurer en matière de contrôle de leurs performances.

Parmi les risques fréquents, nous pouvons citer  la perte de contrôle du Besoin en Fonds de Roulement et le dérapage de la trésorerie qui en résulte, la méconnaissance des marges réelles des produits et services débouchant sur  l'effondrement de la rentabilité de l'entreprise.

Environ un tiers des cessations d'activité sont la conséquence d'un manque d'organisation appropriée reposant sur un contrôle de gestion efficace.

Quelles sont, à cet égard, les principales erreurs que nous rencontrons, régulièrement, sur le terrain :

Erreur n°1
  : Ne pas se doter d'une fonction de Direction financière/Contrôle de gestion adaptée à la taille de l'entreprise. C'est la première des conditions. Sans responsable chargé, spécifiquement, du pilotage économique, l'entreprise risque de perdre le contrôle d'équilibres essentiels, par exemple sa trésorerie, mais aussi sa profitabilité sur le long terme.

Erreur n°2
  : Vouloir régler les problèmes avec des outils sans avoir les hommes pour les exploiter. Trop fréquemment, les entreprises croient résoudre les problèmes en installant tel ou tel outil de « BI » (Business Intelligence) ou de « CPM » (Corporate Performance Management).
Ces outils ont, certes, leurs mérites mais ils ne peuvent être réellement efficaces que si l'entreprise jouit d'une maturité de gestion suffisante. Il vaut mieux utiliser, au départ de simples tableaux sur Excel, préciser les besoins de gestion et définir un « Business Model » solide. L'installation d'outils plus performants viendra ensuite.

Erreur n°3 : Conditionner  le démarrage de l'animation de gestion à la mise en place d'outils ; Il est, toujours, préférable de démarrer, dès que possible, avec des tableaux de bord rudimentaires, par exemple le suivi du Besoin en Fonds de Roulement, les prévisions de trésorerie à 3 mois ou le suivi du chiffre d'affaires. Cela permet de préciser le Business Model .

Erreur n°4
: Penser outils de « Business Intelligence »  avant de fiabiliser les outils transactionnels de base. Des comptabilités générale et analytique, des systèmes de facturation, des suivis de comptes clients qui tournent bien et de manière fiable, sont les premières étapes à  la montée en puissance des systèmes d'informations de la PME. En pratique, faute de systèmes suffisants, la PME en croissance devra souvent installer un ERP simple et intégré.

     
Nous conclurons par sept  conseils clés pour piloter la PME en croissance

Conseil n°1 : Avant de parler outils,  renforcez vos ressources humaines et dès que l'entreprise atteint la taille de 70/80 personnes, recrutez un responsable finance-gestion

Conseil n°2 : Mettez en place très rapidement les tableaux de bord indispensables à la survie : trésorerie à 3 mois, poste clients, stocks, chiffre d'affaires, arrêté comptable mensuel

Conseil n°3 : Structurez le modèle économique de votre entreprise, c'est-à-dire la manière dont elle va gagner de l'argent de manière durable

Conseil n°4 : Fiabilisez, dès que possible, les données de base transactionnelles (ventes, comptes clients, stocks,  fournisseurs, grand livre, etc.) avec des outils simples

Conseil n°5 : Enrichissez progressivement votre animation de gestion autour d'outils même imparfaits. Il vaut mieux être grossièrement  juste que, très incomplètement, exact

Conseil n°6 : Installez progressivement votre système d'informations. Commencez par des outils transactionnels (ERP simples couplés avec de l'Excel pour le décisionnel). Installez les outils de Business Intelligence après

Conseil n°7 : Gardez l'œil sur les prévisions de trajectoire, en fin d'exercice, plutôt de vous centrer sur le passé. Cela vous permettra de vous concentrer sur l'action.


Pour en savoir plus :

Mettre en place efficacement le contrôle de gestion dans votre PME 

Denis Molho - Ellipses 2017

Pour en savoir plus :  Mettre en place efficacement le contrôle de gestion dans votre PME   Denis Molho - Ellipses 2017


Denis Molho
+336 14 70 66 38
Logo DME